Déconfinement

Par le pasteur David Veldhuizen - 10 mai 2020

Un début de dé-confinement est proche !

Cette perspective, que nous pensions accueillir avec soulagement et joie, se révèle pour beaucoup source d’une plus grande angoisse. En effet, le confinement était relativement simple à comprendre et à appliquer. Désormais, chacune et chacun se retrouve devant des décisions importantes, engageant notre responsabilité, alors que, bien sûr, nous devons les prendre sans connaître ni maîtriser de nombreux paramètres. Peut-être cela nous permet-il de « goûter » la situation dans laquelle de nombreux décideurs se trouvent souvent…

Nos théologies protestantes en particulier articulent liberté et responsabilité. Dieu nous a voulu libres. Il intervient pour nous délivrer de nos aliénations. Cet extraordinaire cadeau s’accompagne en revanche d’une responsabilité envers ce et celles et ceux qui nous sont confiés. Nous voilà donc devant des choix, en êtres et en communautés responsables.

Si bien sûr nous sommes pressés de nous retrouver, entre membres d’une même famille, entre amis et voisins, entre membres d’une même église, nous avons à cœur de mettre fin à cette impatience légitime. Mais le confinement n’aura pas été vécu par tous de la même façon. Tous en ont souffert, mais à des degrés divers.
Il ne s’agira surtout pas de se lancer dans une compétition victimaire, mais d’être particulièrement à l’écoute. En effet, certains d’entre nous sont devenus plus vulnérables, certaines situations de précarité se sont aggravées ou ont vu le jour.
En interne, il nous faudra éviter d’être trop intrusif face à une détresse supposée ; mais il nous faudra aussi vaincre une pudeur compréhensible pour demander de l’aide quand elle est nécessaire.

Mais le plus grand défi, et ce sont des frères et sœurs catholiques qui nous alertent avec pertinence, le plus grand défi sera notre ouverture aux nouvelles détresses de nos prochains, ceux qui sont juste à côté de nous mais pas « dans le club ». Car plusieurs auteurs engagés discernent les signes d’un basculement de grande ampleur.
Les églises ne seront évidemment pas les seules à essayer d’accompagner les plus fragiles. Mais si elles savent prendre leur part dans la réponse à cette crise, elles rendront un témoignage crédible de leur amour, de leur espérance, de leur foi.

Notre foi se traduit déjà par une solidarité forte. La Fédération de l’Entraide Protestante partage les initiatives des uns et des autres. Cette même fédération a commencé à diffuser « La Boussole », un journal électronique (mais facile à imprimer) de soutien spirituel dans cette période où nous avons besoin de garder des repères fiables !