Prédications

Toutes ces prédications ont été données lors des cultes de la paroisse réformée de Chabeuil - Châteaudouble.

SOYEZ DONC FAIBLES COMME VOTRE PERE CELESTE S'EST RENDU FAIBLE

Matthieu 5, 21 à 26, 38 à 48  −   2 Corinthiens 12, 7 à 10  −  Exode 20, 13

Tu ne commettras pas de meurtre.

Ce 6ème commandement du Décalogue est commun à l'ensemble des cultures que l'histoire a connues. Tous les peuples, en effet, interdisent le meurtre d'un membre du clan. Sauf lorsque l'attitude de cette personne met le groupe en péril. Le collectif prime sur l'individu. Et toutes les cultures recommandent alors le meurtre du fautif pour sauver le groupe.

C'est de ce principe que naît la légitimation de la guerre, et donc la violence faite à celui qui est reconnu comme l'ennemi. C'est-à-dire, celui qui porte atteinte à la survie du clan, ou de la nation.

Ce commandement fait partie de l'Ancien Testament. Fait-il la part des choses entre les membres du peuple juif et les autres ? S'applique-t-il seulement aux Israélites, ou aussi aux non-Juifs ? Qu'enseigne l'Ancien Testament en ce qui concerne le meurtre ?

Lire la suite...

JESUS, CRITERE DE L'AMOUR

Jean 13, 31 à 35 −  Exode 21, 22 à 25 − 1 Jean 4, 7 à 11  

Jean 13, 1

C’est ainsi que commencent ces 5 chapitres où Jésus essaie de préparer ses disciples à sa mort. Cinq chapitres où Jésus va parler d’amour. Il va encourager les disciples (et donc l’Eglise) à l’amour fraternel (Jean 13, 35). Il va leur donner son commandement nouveau. Un commandement d’amour nouveau (Jean 13, 34). Nous reviendrons sur le fait qu’il s’agit d’un commandement nouveau.

C’est un épisode de la vie du Christ où il va manifester son amour pour ceux qu’il appelle désormais amis et non plus serviteurs (Jean 15, 15). Il va leur laver les pieds. Il mourra pour eux, finalement.

Ce verset 13, 1 (que nous venons de lire) dit que Jésus a aimé les siens jusqu’à l’extrême. Peut-on ne pas aimer totalement ? Y a-t-il des degrés dans l’amour ? Oui ! L’amour a une histoire, des origines au Christ.

 

Lire la suite...

CHOISIS LA VIE, AFIN QUE TU VIVES !

Matthieu 15, 1 à 9 − Deutéronome 30, 15 à 20  −  Ephésiens 6, 1 à 3 

Exode 20, 12

Il s'agit du 5ème des dix commandements. Il engage à honorer son père et sa mère.

Ce commandement est rappelé par d'autres textes, notamment Ephésiens 6, 1-3, où il est souligné que c'est le seul commandement à comporter une promesse. La promesse d'une longue vie. Pourquoi cette promesse ? Y a-t-il un lien entre une vie prolongée et l'honneur donné aux parents ? Et que veut dire "honorer ses parents" ?

Lire la suite...

CELUI QUI N'EST PAS CONTRE NOUS EST POUR NOUS

Marc 9, 33 à 41 − Esaïe 57, 14 à 19  −  1 Corinthiens 1, 1 à 17

Décidément, les disciples sont impossibles. Déjà, en chemin, ils discutaient entre eux pour savoir lequel était le plus grand. Enfin, c'est Jésus qui leur demande de quoi ils discutaient. Par amour pour eux, Jésus a toujours tendance à diminuer leur faute ; car, au verset suivant, Marc dit qu'ils s'étaient "querellés". Expression qui révèle bien les tensions existant entre les disciples quant à la place de chacun dans le groupe.

A eux qui veulent être grands, Jésus leur dit d'être prêts à accueillir un enfant. C'est-à-dire à être en compagnie de ceux qu'ils rejettent, des petits auxquels ils ne veulent pas ressembler.

Lire la suite...

AUJOURD'HUI, L'ECRITURE EST ACCOMPLIE

Luc 4, 16 à 30  − 1 Corinthiens 13, 8 à 13  − Esaïe 60, 1 à 2 et 61, 1 à 6

L'auteur de ces lignes est celui que l'on appelle le 3ème Esaïe. Il a écrit les chapitres 56 à 66 du livre qui porte le nom de ce prophète. Il  prophétise à Jérusalem des années 537 à 520 av. J-C. Il vit donc l'époque du retour des Israélites de l'exil à Babylone et en Perse. En effet, c'est en 538 que Cyrus, le roi de Perse, fait un édit autorisant les Juifs à revenir en Judée. Scheschbatsar, nommé haut commissaire par Cyrus, conduit quelques rapatriés (Esdras 5, 14). Les fondations du temple de Jérusalem sont posées (Esdras 5, 16), mais en raison de difficultés intérieures et extérieures, les travaux sont interrompus.

Lire la suite...

JESUS : DIEU EST NÉ AVEC NOUS

Matthieu 1, 18 à 25 − Esaïe 8, 7b à 10 − Romains 1, 1 à 7  

Quand un enfant vient de naître, on lui donne un nom. Quand il est baptisé aussi ; c'est souvent le même nom, mais ce n'est pas obligatoire. J'ai connu des personnes qui avaient changé de nom lors de leur baptême. Il s'agissait évidemment de baptêmes d'adultes ; notamment en Afrique. Pour ces personnes le baptême était vécu comme une nouvelle naissance (ce qu'il est, en vérité), et alors, tout naturellement, cette nouvelle naissance s'accompagnait d'un nouveau nom. Ce nom nouveau était tout un programme : il révélait une relation nouvelle avec le Dieu qui les avait connues et auquel, désormais, elles se référaient. Ce nom nouveau impliquait de nouveaux objectifs, une nouvelle façon de voir. Nous avons perdu cette dimension du nom. Chez nous les prénoms sont donnés en fonction des goûts et des modes.

Lire la suite...

QU'AVEZ-VOUS REÇU A NOËL ?

Matthieu 2, 1 à 12 − Actes 8, 14 à 24

Je me souviens que pour Noël 1996, le slogan était : Vous n'avez pas le droit à l'erreur ! De quelle erreur était-il question ? L'erreur qui consistait à offrir le mauvais cadeau, celui qui ne plairait pas, celui qui n'était pas désiré.

Eh bien, les temps changent. A moins que l'on se soit aperçu que l'on offrait souvent le mauvais cadeau ; parce qu'on a tendance à offrir davantage ce qui nous plairait à nous qu'à la personne à laquelle on est sensé faire plaisir. C'est pourquoi, voyez-vous, depuis quelques années, c'est un autre mot d'ordre qui est à la mode. L'idée est de se débarrasser des cadeaux qui ne nous ont pas plu, si possible en les revendant (il n'y a pas de petits profits !). Et l'on voit fleurir sur Internet une foule de sites permettant d'échanger ou de revendre le bibelot inutile, le vêtement qui n'est pas à la bonne taille, ou la casserole de la belle-mère. En espérant que la dite belle-mère ne saura pas qu'on a revendu sa batterie de cuisine.

Lire la suite...

ES-TU CELUI QUI DOIT VENIR ?

Matthieu 11, 2 à 19  −  Esaïe 35, 1 à 7 −  Malachie 3, 1 à 5. 23. 24

C'est une question d'identité que pose ce texte. Une question posée noir sur blanc par Jean-Baptiste : Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ?

Cette question est donc celle-ci : Qui est Jésus ?

Comment ? Jean ne le sait pas ! Il est prophète ! Oui ou non ?

Lire la suite...

JESUS NOUS REND RESPONSABLES

Matthieu 24, 36 à 44  − Genèse 6, 11 à 14. 17. 18  −  Luc 3, 1 à 9

Ce texte de l'Evangile apparaît comme une conclusion au chapitre 24 de Matthieu, où il est question des signes de la fin de Jérusalem et des temps : guerres, famines, tremblements de terre, faux prophètes ... etc.

Les disciples avaient introduit ce sujet par la question du verset 3 : Quand cela arrivera-t-il ?

Après avoir énuméré les signes de la fin, Jésus dit, au verset 36, que seul le Père connaît la date de cette fin. Puis il fait une comparaison avec l'époque du déluge, et présente une nouvelle approche, tout à fait différente du début du chapitre. En effet, alors que les 35 premiers versets mentionnent des signes de la fin, ici Jésus dit qu'il n'y a pas de signes.

Lire la suite...

FILS DE LA RESURRECTION

Luc 20, 27 à 40  − Deutéronome 25, 5 à 10  − Ecclésiaste 9, 1 à 10

Cet épisode de la vie de Jésus se situe entre les Rameaux et Pâques, quelques jours avant la crucifixion. C'est dire à quel point l'ambiance est tendue entre Jésus et les chefs religieux. Parmi ceux-ci, les Sadducéens sont les plus virulents. Ils forment le parti des prêtres. Ils doivent leur nom à Sadoc, le grand prêtre du temple de Salomon, le premier temple. Ils sont donc très attachés à la tradition. Pour eux, rien ne doit changer. L'important est de faire parti du peuple de Dieu et d'être donc au bénéfice de l'alliance passée entre Dieu et les pères. C'est au nom de cette tradition qu'ils attaquent Jésus au sujet de la doctrine relative à la résurrection. Car, comme le dit Luc, les Sadducéens ne croient pas à la résurrection.

Lire la suite...