Prédications

Toutes ces prédications ont été données lors des cultes de la paroisse réformée de Chabeuil - Châteaudouble.

LE MESSAGE DE JEAN BAPTISTE

Marc 1, 1 à 8 - Esaïe 40, 1 à 11

En ce 2eme dimanche de l'avent, ce texte de l'évangile de Marc nous explique comment Jean baptiste a préparé la venue de Jésus Christ.

Marc écrit pour des païens convertis, vers 65/70, soit à peu près 30/35 ans après la mort de Jésus.
30 ans d'attente du retour annoncé comme imminent, cela commence à faire long et certains s'interrogent légitimement sur ce retour. La génération témoin des événements commence à passer, et la génération suivante arrive. La bible telle que nous la connaissons n'existe pas encore, les témoignages sont verbaux, les écrits peu nombreux et en tout cas pas encore canoniques.

Marc le premier va donc écrire cet évangile, cette bonne nouvelle, pour consolider la foi des croyants de l'époque et leur dire que l’essentiel n'est peut-être pas de l'attendre tous les jours, mais qu'il soit réellement, lui le Christ crucifié et ressuscité, le centre de notre vie et de notre foi.
Et il va commencer son évangile non pas par une généalogie, comme Matthieu ou Luc, mais par le ministère de Jean Baptiste. Les juifs voulaient une généalogie pour s'assurer de la lignée de Jésus, conformément à la loi, et à leur histoire, les païens eux n'ont pas besoin d'une généalogie, mais ils veulent connaître qui était cet homme, ce qu'il a fait, et ce qu'il a dit. Et Marc introduit l'histoire de la venue du messie par celui qui est venu juste avant lui, qui l'a précédé, et qui a préparé son chemin, Jean baptiste.

Alors que peut nous apprendre ce Jean Baptiste ? N'est il qu'un précurseur sans intérêt propre qui doit s'effacer devant celui qu'il annonce ?
Ou puis je apprendre quelque chose de ce messager annoncé longtemps avant par les prophètes ?

Lire la suite...

UN REDEMPTEUR VIENDRA

Esaïe 59, 15b à 21 – 2 Pierre 3, 1 à 14  –  Matthieu 9, 10 à 13

Ce texte a été écrit par celui que l'on appelle le troisième Esaïe ; mais il s'agit peut-être d'une école de pensée. Il a été écrit à Jérusalem, vers 500 av. J-C., soit une quarantaine d'années après l'édit de Cyrus autorisant les Juifs à revenir de Babylone, où ils étaient en exil. C'est donc une période de retour, de reconstruction, d'élan national et religieux.

Ce retour d'exil s'apparente, il est vrai, à une sorte de salut. Tout est de nouveau possible ; et l'on se souvient des promesses des prophètes antérieurs, quand ils annonçaient la venue du Messie.

Mais l'enthousiasme s'est estompé. Les Israélites attendaient la gloire d'Israël, l'arrivée du Messie, mais rien ne s'est produit. En tous cas rien qui puisse ressembler à une action divine. Au contraire, les difficultés, en ce qui concernait la reconstruction de la ville et du temple, se sont accumulées. Etait-ce un simple retard du Messie ? Ou fallait-il ne plus croire aux promesses ? Aux prophètes de répondre.

Lire la suite...

APPELES OU ELUS ?

Matthieu 22, 1 à 14 – Matthieu 3, 1 à 10  – Romains 11, 1 à 12

Il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus.

Voilà une parole devenue proverbiale. Un proverbe utilisé dans des contextes souvent très différents de la parabole qui l'introduit. Ce dicton vient, d'ordinaire, comme la morale d'une situation dans laquelle une personne voit ses efforts échouer ; dans le cadre d'une promotion professionnelle ou d'une tentative de séduction, par exemple.

Lire la suite...

LES INTERMEDIAIRES NOUS ELOIGNENT DE DIEU

Matthieu 23, 1 à 12 – Malachie 1, 14 à 2, 10  – 1 Timothée 2, 1 à 7

Il est étonnant de remarquer, dans les évangiles, la façon dont Jésus parlait aux Pharisiens ; et comment, dans ce texte de Matthieu, il parlait des Pharisiens. Pourquoi tant de sévérité ? Fallait-il que ces gens soient si condamnables !

Mais qui étaient les Pharisiens ?

Les Pharisiens sont des enseignants, des docteurs de la loi juive. Ils sont assis dans la chaire de Moïse, dit Jésus.

Ils sont apparus au cours du 1er siècle avant Jésus-Christ.  Ce sont des laïcs (par opposition aux prêtres).

Leur revendication fut l'application rigoureuse de la loi par tout le peuple, et non seulement par les prêtres. C'est une sorte de démocratisation de la religion, afin de limiter le prestige et le pouvoir des prêtres.

Leur démarche peut paraître sympathique, voire prophétique, mais il semble que le but de leur action ait été trop marqué par la notion de prestige et de pouvoir. Ils ont utilisé la fidélité à la loi pour grimper, eux-mêmes, dans l'échelle sociale.

 

Lire la suite...

DU TERREUX A LA VIE SPIRITUELLE

Genèse 2, 18 à 24  – Lévitique 11, 41 à 45 ; 23, 9 à 14  –  Marc 10, 1 à 9

Cette année les vignerons se sont fait du souci. A cause des pluies abondantes, ils ont craint que les raisins soient pleins d’eau et non de sucre. Mais il semble que les récoltes de fruits ne soient pas si mauvaises que ça. Nous pouvons donc, en ce dimanche de la fête des récoltes, remercier Dieu pour l’abondance de ses biens.

Depuis le néolithique, les hommes ont toujours remercié Dieu ou leurs dieux pour les récoltes qu’ils faisaient. La fête des récoltes est très ancienne. Elle était très marquée à l’époque où les peuples dépendaient directement de leurs récoltes locales. Les échanges commerciaux n’étant pas développés comme aujourd’hui, on ne pouvait se nourrir qu’avec ce que l’on produisait soi-même. Maintenant (avec le développement des transports), nous pouvons consommer des fruits ou des légumes qui viennent de l’autre côté de la planète.

 

Lire la suite...

LA LOI AVEC LA GRÂCE

Romains 3, 21 à 31 - Deutéronome 30, 15 à 20 - Matthieu 5, 17 à 37    

Ce 31 octobre 2014, nous fêtons le 497ème anniversaire de la proclamation des 95 thèses de Luther contre les indulgences.  Cela signifie que dans 3 ans nous fêterons le 500ème anniversaire du début de la Réforme protestante. Ce sera l'occasion de redécouvrir Martin Luther. Les médias en parleront, bien sûr ; et comme toujours ils ne manqueront pas d'évoquer les erreurs de Luther. Les médias aiment bien critiquer, c'est à la mode ; ou ils encensent, ou ils démolissent, parce que le public aime le spectaculaire, et les extrêmes.

Lire la suite...

REPENTANCE ET FOI

Matthieu 21, 28 à 32  - Marc 1, 14 à 15  -  Romains 2, 1 à 5

Pourquoi Jésus raconte-t-il cette parabole ?

Pour répondre à cette question, la connaissance du contexte est déterminante. Le contexte historique et littéraire, c'est-à-dire les événements rapportés dans ce chapitre 21 de Matthieu, et dans ceux qui suivent.

D'après Matthieu, qui est le seul évangéliste à rapporter cette parabole, Jésus la raconte le lendemain de son entrée à Jérusalem. Or le dimanche des Rameaux débute la semaine de la Passion du Christ. On est donc dans un climat particulier.

Lire la suite...

UN ENFANT PEUT CHANGER LE MONDE

Matthieu 18, 1 à 5 -  Esaïe 7, 10 à 17  - Psaume 127

Aujourd'hui les enfants sont à l'honneur. Nous en avons quelques uns parmi nous, et je sais qu'ils aiment les histoires.

Je vous propose donc une histoire et j'espère que les grands l'aimeront aussi.

Cela se passe il y a plus d'un siècle. Du temps où les grands-parents des personnes les plus âgées ici présentes étaient jeunes.

Et cela se passe dans un pays très froid qui s'appelle Alaska.

Un jour, dans ce pays, quelqu'un a trouvé de l'or. Et cela a provoqué un phénomène qui s'appelle la ruée vers l'or. Beaucoup d'hommes ont laissé la vie qu'ils avaient pour partir vers cet endroit mythique au milieu de nulle part.

Lire la suite...

L'AMOUR NE MEURT JAMAIS

1 Corinthiens 13  - Psaume 121 - Matthieu 11, 25 à 30

S'il est un mot répandu à l'heure actuelle, c'est bien le terme amour. A défaut de le vivre, les êtres humains l'emploient constamment. C'est peut-être justement parce qu'ils ne le vivent pas qu'ils en parlent beaucoup.

La majorité des livres, la plupart des chansons, des poèmes écrits, font référence à l'amour.

La Bible aussi parle abondamment de l'amour, notamment par cet admirable chapitre 13 de la 1ère lettre de l'apôtre Paul aux chrétiens de Corinthe. Il semblerait que ce soit un cantique, un poème déjà connu dans l'Eglise primitive, et que l'apôtre aurait inclus à sa lettre.

Lire la suite...

VENEZ, LES BÉNIS DE MON PÈRE …

Matthieu 25, 31 à 46  -  Genèse 32, 23 à 31  -  Jean 3, 17 à 21

Voici un texte qui n’est pas facile en soi. Pour l’expliquer, nous avons besoin d’en voir le contexte, et, tout d’abord, le fait qu’il n’existe que chez Matthieu. Il n’y a, en effet, que cet évangéliste qui place cette parabole dans la bouche de Jésus. Ce qui rend l’authenticité de ce passage un peu plus délicate que (par exemple) l’onction du parfum sur Jésus dont le récit est rapporté dans les 4 évangiles.

Lire la suite...