Prédications

Toutes ces prédications ont été données lors des cultes de la paroisse réformée de Chabeuil - Châteaudouble.

MOURIR POUR RENAÎTRE

1 Corinthiens 15, 35 à 58  - Jonas 2, 3 à 10  -   Jean 12, 20 à 26

Des Grecs veulent voir Jésus. Cet événement peut être considéré comme un détail, mais il ne l'est pas, il constitue un tournant dans le ministère de Jésus. Ces sympathisants ou prosélytes du judaïsme sont intéressés par le message du Christ. C'est une porte qui s'ouvre et qui laisse entrevoir la future prédication de l'Evangile aux païens. Il y a de quoi se réjouir, et Jésus l'a bien compris et parle de glorification : Elle est venue, l'heure où le Fils de l'homme doit être glorifié (12, 23). Et l'on pourrait s'attendre à une suite du genre : Désormais la Bonne Nouvelle sera prêchée au monde entier, et rien ne l'arrêtera. Mais ce n'est pas du tout ce que Jésus ajoute, et sa parole a de quoi surprendre.

Lire la suite...

C'EST PAS MOI, C'EST LE SERPENT

Marc 1, 21 à 28 - Genèse 3, 6 à 13 - Romains 8, 31 à 34

En 1996, quelques jours avant Noël, un prêtre catholique a été assassiné quelque part en France. Son assassin a déclaré avoir agi sous l’emprise du diable. Que penser de cette déclaration ? Plusieurs hypothèses sont possibles. Et les enquêteurs et les juges ont dû se faire une opinion :
Le fait que ce crime ait été commis contre un religieux apportait du crédit à cette défense. Tuer un prêtre ! Le diable devait y être pour quelque chose ! Mais c'était à la défense du meurtrier de manier cet argument "religieux". L'accusation ne pouvait pas se permettre de discuter sur cette base impossible à prouver et de l'ordre de la foi. Pour le procureur, cette défense n'était qu'une excuse. Il ne pouvait pas permettre à l'accusé de se défendre de cette façon, au risque de voir tous les criminels de France et de Navarre utiliser cet argument pour assassiner n'importe qui. C’est, en effet, facile d’accuser le diable.

Lire la suite...

JESUS, PROPITIATOIRE POUR L'ETRE HUMAIN

Jean 16, 25 à 30, Exode 25, 10 à 22, Romains 3, 21 à 26

Jésus dit ces mots à ses disciples quelques heures avant de mourir. Ce sont des paroles directes. Jésus parle ouvertement maintenant, non par images, paraboles, ou de façon énigmatique. Cependant, tout n’est pas dit. Au verset 12 de ce chapitre 16 de l’évangile selon Jean, Jésus révèle qu’il aurait encore bien des choses à dire aux disciples, mais qu’ils ne peuvent pas les entendre à ce moment-là.
Puis Jésus est mort, il est ressuscité, puis il est parti. Et les disciples restent avec des images et des paroles plein la tête. Des paroles, des enseignements de Jésus, ses paraboles, ses prières, ses exhortations ... Mais, surtout, ce qui reste, c’est la personnalité même de Jésus. Les disciples l'avaient reconnu comme le Messie annoncé par les prophètes. Ils étaient prêts à le suivre, presque (!) jusqu'au bout. Mais il est mort. Et les disciples ont cru, un moment, que tout était fini. Puis il est ressuscité, et cela signifie que rien n'est fini, ou plutôt que tout recommence, mais recommence quoi ?
Quelle suite donner à l'œuvre du Christ ? Quel sera le passage initié par Pâques ? Et, pour qu'il y ait une suite, comment interpréter l'œuvre de Jésus ? C'est le thème de l'enseignement et des écrits des apôtres.

Lire la suite...

UNE ANNEE DE GRACE

Luc 4, 14 à 21, Lévitique 25, 8 à 17, 2 Corinthiens 6, 1 à 10

C’est l’histoire d’un commencement, comme nous commençons une nouvelle année.
Jésus commence son ministère. Il vient d’être tenté par Satan. Il a déjà parlé du Royaume en Galilée, et le voilà à Nazareth, lieu de son enfance. Et Jésus va tout simplement souhaiter la bonne année à ses voisins. Et c’est par les mots même de Jésus que j’aimerais vous la souhaiter aussi.

Le jour du sabbat, Jésus va à la synagogue de Nazareth. On lui remet le rouleau du livre d’Esaïe. Jésus l’ouvre et lit : L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a choisi pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour proclamer une année de grâce du Seigneur (Luc 4, 18. 19).

Lire la suite...

LA VERITABLE LUMIERE, EN VENANT DANS LE MONDE, ECLAIRE TOUT HOMME

Jean 1, 1 à 14 - Esaïe 60, 1 à 4 et 19 à 22 - 1 Jean 1

Plusieurs signes, symboles, sont liés à Noël : le sapin, la crèche, les chocolats … L'un de ces signes est la lumière. Les rues, les villes, les arbres sont éclairés de milliers de lumières.
En cette période de l'année, la lumière est d'abord un besoin, parce que les jours sont courts. C'est pourquoi la lumière est sans doute le signe le plus ancien de cette fête. Fête qui, on s'en souvient, était à l'origine la fête de la naissance du soleil. Or, le soleil, c'est la lumière pour la terre. Il s'agit d'y voir clair.
Puis la lumière est devenue un signe, un symbole d'espérance. En allumant des bougies, en faisant de la lumière (et le feu de la cheminée servait non seulement à se chauffer, mais aussi à s’éclairer), les anciens voulaient signifier que les ténèbres ne dureraient pas toujours.
Alors, Noël, est-ce la fête de l’espérance dans le retour de la lumière ? Que dit la Bible concernant la lumière ? Car c’est un thème que l’on trouve aussi dans les Ecritures.

Lire la suite...

JE SUIS LA VOIX

Jean 1, 6 à 8 et 19 à 28 - Malachie, 3 22 à 24 - Matthieu 11, 2 à 15

La scène se passe à Béthanie. Non pas le village où vivaient Lazare, Marthe et Marie, mais un autre village situé à l'Est du Jourdain. On n'a jamais pu localiser ce village avec précision.
C'est là que Jean baptise ceux qui viennent l'écouter et qui acceptent son baptême.
Des émissaires viennent le voir et l'interroger. Ils sont envoyés par les Juifs dit l'évangéliste : une appellation que Jean utilise pour parler des responsables du peuple juif.
Qui sont ces représentants des autorités ? Des prêtres et des lévites (v. 19). C'est-à-dire des chefs religieux attachés au temple de Jérusalem. Ce sont ceux que l'on appelle aussi les sadducéens, des ministres du culte.

Lire la suite...

L'EPOUX TARDAIT

Matthieu 25, 1 à 13, Genèse 16, 1 à 6, 2 Pierre 3, 1 à 13

Ce n'est pas la seule fois que Jésus raconte des histoires de mariage. On connaît la parabole du festin des noces, en Mat 22, ou la parabole de l'invité prétentieux, en Luc 14.
Pourquoi Jésus raconte-t-il des histoires de mariages ? Pour parler de rencontre, d'union, de communion entre Dieu et son peuple, entre le Christ et l'Eglise. Dans cette parabole des vierges, c'est encore le cas.
Ce mariage avait commencé comme les autres : accompagné de ses amis, le marié est allé à la maison de la mariée. Là, une cérémonie très simple s'est déroulée, puis il est prévu que le couple se rende à la maison du marié pour le festin. Mais, dit Jésus, l'époux tarde. D'où l'endormissement des jeunes filles qui attendent la venue de l'époux.
Ce retard de l'époux rend compte d'une préoccupation des chrétiens, quelques années après l'ascension de Jésus, et depuis 2000 ans que Jésus est parti.

Lire la suite...

LE TEMPS DE L'ATTENTE

Marc 13, 33 à 37, Ezéchiel 7, 10 à 16, 1 Corinthiens 1, 3 à 9

Nous voici arrivés dans le temps de l'Avent. Curieux moment où nous vivons en même temps la fin et le début de l'année liturgique. C'est normal, me direz-vous. C'est ainsi chaque fois que l'on s'inscrit dans un cycle qui se répète, et où la fin du cycle rejoint un nouveau commencement, dans un cycle sans fin.
C'est là, d'ailleurs, qu'il y a problème. En effet, sommes-nous dans un cycle ou dans un temps linéaire ? Autrement dit : comment voyons-nous le temps ? Comme une ligne avec un début et un aboutissement, ou comme un cercle sans commencement ni fin ?

Lire la suite...

DONNER SANS CALCUL

Matthieu 25, 31 à 40 - Matthieu 5, 43 à 6, 4 - Matthieu 10, 6b à 13

Les occasions d'être charitables et solidaires n'ont jamais manqué dans l'histoire. De tous temps les êtres humains ont eu besoin les uns des autres. L'entraide a d'ailleurs été, dans les temps primitifs, le principal facteur de survie, l'individu seul ayant peu de chance de survivre sans le clan ou la tribu.
La sécurité que la modernité apporte amoindrit cet aspect de la solidarité. C'est, sans doute, la première raison pour laquelle on est moins charitable à l'heure actuelle. Il suffit de voyager dans un désert — où, par définition, la vie est plus fragile — pour se rendre compte que ses habitants ont su garder le sens de la solidarité.
Mais, je dois dire que je suis assez agréablement surpris de voir que l'entraide n'a pas totalement disparu. L'élan populaire et mondial qui se manifeste lors des grandes catastrophes en témoigne. On peut, bien sûr, se demander quel est l'état d'esprit qui suscite de tels élans, tant l'homme moderne a pour réflexe la rentabilité et le refus de l'acte gratuit. C'est pourquoi, je me suis intéressé à ce que l'Evangile avait à nous dire à ce sujet. Et c'est dans la parabole du jugement (en Matthieu 25), que j'ai trouvé des réponses.

Lire la suite...

CESAR OU DIEU

Matthieu 22, 15 à 22 - Habacuq 2, 6b à 11 - Galates 5, 16 à 25

Alors, les pharisiens allèrent tenir conseil sur les moyens de le prendre au piège en parole (v. 15).
Le alors a toute son importance, il attire notre attention sur le contexte.
La scène se passe au cours de la semaine sainte. On est à quelques jours de la crucifixion. La tension est vive entre Jésus et les docteurs de la loi. Jésus vient de raconter la parabole des noces, dans laquelle un maître invite des personnes choisies ; mais elles déclinent toutes l'invitation. Le maître décide donc d'inviter n'importe qui. Le message est clair, et les Pharisiens l'ont compris : Israël, initialement choisi et invité, n'a pas répondu à l'invitation du Père. Du coup, ce sont les nations qui sont maintenant invitées. Pour les Juifs, ce message est hérétique. Les Pharisiens ne peuvent laisser Jésus répandre ce genre de discours ; ils décident donc de le piéger.

Lire la suite...