Prédications

Toutes ces prédications ont été données lors des cultes de la paroisse réformée de Chabeuil - Châteaudouble.

JESUS, BOUC EMISSAIRE

Jean 11, 47 à 54  - Lévitique 16, 1 à 10  -  Hébreux 10, 1 à 10

Il est dans votre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas. Cette phrase de Caïphe donne la vraie raison de la mort de Jésus. Jésus est crucifié à la place du peuple. Jésus est sacrifié pour résoudre un problème. Le sanhédrin craint la destruction de Jérusalem et de la nation par les Romains, à cause de l'agitation qui secoue la société palestinienne de l'époque. Or les Romains ne supportent aucun trouble, ils veulent le calme et l'ordre, et ils sont prêts à les établir coûte que coûte, au besoin par la force.
Comment éviter cette réaction romaine et cette possible destruction de Jérusalem et de la nation israélite ? En désignant un coupable. Un coupable que l'on fera éliminer par les Romains. Toute tension devrait ainsi retomber, et le calme revenir.
C'est le principe du bouc émissaire. Pratique aussi vieille que le monde.

Lire la suite...

GUERISON : SIGNE DU PARDON

Marc 2, 1 à 12 - Psaume 103, 1 à 11  -  Matthieu12, 38 à 42

Ce texte me semble donner la signification et la portée des miracles de Jésus. Car la question s'est toujours posée : pourquoi Jésus a-t-il guéri des malades ?
Par compassion ! Oui, bien sûr ; quand on aime, on agit. Mais le miracle ne révèle qu'un aspect de cet amour révélé en Jésus-Christ. Jésus n'a pas aimé les êtres humains seulement par des miracles ; sinon cela signifierait qu'il n'aimait pas ceux qu'il n'a pas guéris ; or il les aimait tout autant que les autres. Il y a d'autres façons que miraculeuses de manifester l'amour. On peut aimer sans guérir et faire des miracles.
La guérison est le signe d'une œuvre plus profonde réalisée par le Christ. C'est ce que ce récit de la guérison du paralysé veut nous enseigner.

Lire la suite...

JESUS, DIEU MARGINAL AVEC LES MARGINAUX

Marc 1, 40 à 45  -  Galates 3, 21-29  -  Lévitique 13, 1. 2, 44 à 46

La loi de Moïse avait tout prévu ; enfin presque. En effet, une loi ne peut pas tout prévoir. C'est une des caractéristiques fondamentales du système légal. Le système législatif ne peut pas tout anticiper ; au contraire il est dépendant des mentalités. C'est pourquoi le législateur est obligé de retravailler sans cesse les lois qu'il crée, afin qu'elles soient adaptées aux circonstances et à l'évolution de la société.
Il n'y a qu'une loi intangible, c'est celle de l'amour. Dès qu'une loi veut être plus précise, elle est sujette à des modifications en fonction des temps et des moments.

Lire la suite...

PROCLAMER LA BONNE NOUVELLE DE DIEU

Marc 1, 14 à 20 - Esaïe 52, 7 à 10  - 2 Corinthiens 2, 14 à 17

Imaginez qu'il s'agisse de vous. Vous êtes au travail : au bureau, à l'usine, dans votre cabinet de médecin, ou dans votre commerce, peut-être dans l'entreprise familiale, comme Jacques et Jean. Quelqu'un passe et vous dit : Suis-moi, et je ferai de toi un chasseur de têtes ! Ce n'est pas comme cela qu'on dirait maintenant : pêcheur d'hommes ? Alors disons : recruteur, si vous préférez.
Suivriez-vous ce personnage ? Je pense que non. Surtout si, comme dans le texte, il ne dit que ça. S'il présentait un contrat en bon et due forme, avec salaire conséquent et quelques avantages, cela demanderait réflexion, mais comme ça, à brûle-pourpoint !
On ne le suivrait pas, à plus forte raison si l'on savait que son discours est religieux. Pourquoi cette réticence à suivre le premier Jésus-Christ qui passe ? Réticence qui peut se manifester par la peur de prêcher nous-mêmes. Car suivre Jésus fait du disciple un prédicateur ; les deux vont ensemble. Or, écouter seulement, c’est une chose, mais être impliqué soi-même en prêchant aux autres, c’est plus délicat.

Lire la suite...

MOURIR POUR RENAÎTRE

1 Corinthiens 15, 35 à 58  - Jonas 2, 3 à 10  -   Jean 12, 20 à 26

Des Grecs veulent voir Jésus. Cet événement peut être considéré comme un détail, mais il ne l'est pas, il constitue un tournant dans le ministère de Jésus. Ces sympathisants ou prosélytes du judaïsme sont intéressés par le message du Christ. C'est une porte qui s'ouvre et qui laisse entrevoir la future prédication de l'Evangile aux païens. Il y a de quoi se réjouir, et Jésus l'a bien compris et parle de glorification : Elle est venue, l'heure où le Fils de l'homme doit être glorifié (12, 23). Et l'on pourrait s'attendre à une suite du genre : Désormais la Bonne Nouvelle sera prêchée au monde entier, et rien ne l'arrêtera. Mais ce n'est pas du tout ce que Jésus ajoute, et sa parole a de quoi surprendre.

Lire la suite...

C'EST PAS MOI, C'EST LE SERPENT

Marc 1, 21 à 28 - Genèse 3, 6 à 13 - Romains 8, 31 à 34

En 1996, quelques jours avant Noël, un prêtre catholique a été assassiné quelque part en France. Son assassin a déclaré avoir agi sous l’emprise du diable. Que penser de cette déclaration ? Plusieurs hypothèses sont possibles. Et les enquêteurs et les juges ont dû se faire une opinion :
Le fait que ce crime ait été commis contre un religieux apportait du crédit à cette défense. Tuer un prêtre ! Le diable devait y être pour quelque chose ! Mais c'était à la défense du meurtrier de manier cet argument "religieux". L'accusation ne pouvait pas se permettre de discuter sur cette base impossible à prouver et de l'ordre de la foi. Pour le procureur, cette défense n'était qu'une excuse. Il ne pouvait pas permettre à l'accusé de se défendre de cette façon, au risque de voir tous les criminels de France et de Navarre utiliser cet argument pour assassiner n'importe qui. C’est, en effet, facile d’accuser le diable.

Lire la suite...

JESUS, PROPITIATOIRE POUR L'ETRE HUMAIN

Jean 16, 25 à 30, Exode 25, 10 à 22, Romains 3, 21 à 26

Jésus dit ces mots à ses disciples quelques heures avant de mourir. Ce sont des paroles directes. Jésus parle ouvertement maintenant, non par images, paraboles, ou de façon énigmatique. Cependant, tout n’est pas dit. Au verset 12 de ce chapitre 16 de l’évangile selon Jean, Jésus révèle qu’il aurait encore bien des choses à dire aux disciples, mais qu’ils ne peuvent pas les entendre à ce moment-là.
Puis Jésus est mort, il est ressuscité, puis il est parti. Et les disciples restent avec des images et des paroles plein la tête. Des paroles, des enseignements de Jésus, ses paraboles, ses prières, ses exhortations ... Mais, surtout, ce qui reste, c’est la personnalité même de Jésus. Les disciples l'avaient reconnu comme le Messie annoncé par les prophètes. Ils étaient prêts à le suivre, presque (!) jusqu'au bout. Mais il est mort. Et les disciples ont cru, un moment, que tout était fini. Puis il est ressuscité, et cela signifie que rien n'est fini, ou plutôt que tout recommence, mais recommence quoi ?
Quelle suite donner à l'œuvre du Christ ? Quel sera le passage initié par Pâques ? Et, pour qu'il y ait une suite, comment interpréter l'œuvre de Jésus ? C'est le thème de l'enseignement et des écrits des apôtres.

Lire la suite...

UNE ANNEE DE GRACE

Luc 4, 14 à 21, Lévitique 25, 8 à 17, 2 Corinthiens 6, 1 à 10

C’est l’histoire d’un commencement, comme nous commençons une nouvelle année.
Jésus commence son ministère. Il vient d’être tenté par Satan. Il a déjà parlé du Royaume en Galilée, et le voilà à Nazareth, lieu de son enfance. Et Jésus va tout simplement souhaiter la bonne année à ses voisins. Et c’est par les mots même de Jésus que j’aimerais vous la souhaiter aussi.

Le jour du sabbat, Jésus va à la synagogue de Nazareth. On lui remet le rouleau du livre d’Esaïe. Jésus l’ouvre et lit : L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a choisi pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour proclamer une année de grâce du Seigneur (Luc 4, 18. 19).

Lire la suite...

LA VERITABLE LUMIERE, EN VENANT DANS LE MONDE, ECLAIRE TOUT HOMME

Jean 1, 1 à 14 - Esaïe 60, 1 à 4 et 19 à 22 - 1 Jean 1

Plusieurs signes, symboles, sont liés à Noël : le sapin, la crèche, les chocolats … L'un de ces signes est la lumière. Les rues, les villes, les arbres sont éclairés de milliers de lumières.
En cette période de l'année, la lumière est d'abord un besoin, parce que les jours sont courts. C'est pourquoi la lumière est sans doute le signe le plus ancien de cette fête. Fête qui, on s'en souvient, était à l'origine la fête de la naissance du soleil. Or, le soleil, c'est la lumière pour la terre. Il s'agit d'y voir clair.
Puis la lumière est devenue un signe, un symbole d'espérance. En allumant des bougies, en faisant de la lumière (et le feu de la cheminée servait non seulement à se chauffer, mais aussi à s’éclairer), les anciens voulaient signifier que les ténèbres ne dureraient pas toujours.
Alors, Noël, est-ce la fête de l’espérance dans le retour de la lumière ? Que dit la Bible concernant la lumière ? Car c’est un thème que l’on trouve aussi dans les Ecritures.

Lire la suite...

JE SUIS LA VOIX

Jean 1, 6 à 8 et 19 à 28 - Malachie, 3 22 à 24 - Matthieu 11, 2 à 15

La scène se passe à Béthanie. Non pas le village où vivaient Lazare, Marthe et Marie, mais un autre village situé à l'Est du Jourdain. On n'a jamais pu localiser ce village avec précision.
C'est là que Jean baptise ceux qui viennent l'écouter et qui acceptent son baptême.
Des émissaires viennent le voir et l'interroger. Ils sont envoyés par les Juifs dit l'évangéliste : une appellation que Jean utilise pour parler des responsables du peuple juif.
Qui sont ces représentants des autorités ? Des prêtres et des lévites (v. 19). C'est-à-dire des chefs religieux attachés au temple de Jérusalem. Ce sont ceux que l'on appelle aussi les sadducéens, des ministres du culte.

Lire la suite...