OSEE ET L'ALLIANCE BRISEE

Osée  1, 2 à 3  et 2, 12 à 22 - Luc 5,29 à 39 - Romains 5, 6 à 10

Epouse une prostituée !
C’est avec ces mots inattendus que commence le livre d’Osée, sur lequel nous allons méditer ce matin.
Dans la traduction d’André Chouraqui, la plus proche de la langue hébraïque, les termes de ce passage sont tellement crus qu’il aurait été inconvenant de les lire dans le lieu où nous nous trouvons...
Si vous êtes choqué, vous n'êtes pas le seul !

INCROYABLE ?
Cet ordre est choquant et incongru, tout d'abord parce que la Bible est contre la prostitution. Dans le livre du Lévitique, au chapitre 21, nous trouvons des directives concernant le mode de vie des sacrificateurs. Il y est dit que ceux-ci devaient épouser des femmes vierges, ni veuves, ni répudiées, ni déshonorées. Seule une femme vierge pouvait être la digne compagne d’un homme de Dieu…
Ensuite, cette directive de Dieu va à l'encontre des bons usages prônés par les bien-pensants, si nombreux parmi le peuple chrétien. C'est ainsi que certains commentateurs et théologiens rejettent la véracité historique de l'expérience d'Osée et la réduisent à sa dimension allégorique. Car un mariage si contraire à la bonne moralité ne pourrait être vécu par un homme de Dieu.
Ainsi pensait Jean Calvin, si lié à la fondation de notre église. Luther, par contre, croyait à la véracité historique de l’expérience conjugale d’Osée.

LES PROPHETES PAYENT DE LEUR PERSONNE
Théologiens et savants se sont donc disputés pour expliquer ce texte.
Ceux qui ont été choqués par cette histoire n'étaient pas familiers avec  les messages de certains prophètes.
Ceux-ci étaient des hommes complètement dévoués à leur message, prêts à faire de leur vie un témoignage vivant, quitte à rejeter les convenances et la pensée politiquement correcte de leur époque.
Ils avaient recours à tous les moyens pour faire passer leur message, et  n'hésitaient pas à payer de leur personne.
Elie a bravé l'opinion de la reine et a été banni. Ce sont les corbeaux qui l'on nourri dans sa cachette.
Esaïe, personnage haut placé et irréprochable, n'a pas hésité à se promener tout nu dans les rues de Jérusalem.
Jérémie s'est résigné à une vie de solitude jusqu'à être jeté dans une citerne boueuse où il a failli mourir.
Mais le champion est sans doute Ezéchiel, qui est resté couché 390 jours sur le côté, qui a rasé la moitié de sa barbe et qui a cuit son pain sur des excréments !

LE PROPHETE OSEE
Revenons au prophète Osée. Il est un de ces "petits prophètes" du temps des rois, méconnus et rarement lus pendant le culte dominical. Il constitue un casse-tête pour les traducteurs et les exégètes, car son livre est construit sans plan et très difficile à traduire.
En dehors de l’expérience matrimoniale d’Osée, le livre paraît rébarbatif. Il est imprégné d’amertume. On y trouve surtout des imprécations et des menaces adressées au peuple d’Israël à cause de son apostasie.
Oui, le message d’Osée est amer et menaçant. Pourquoi ? Pour répondre à cette question, nous allons regarder ce qu'il voit.
Et ce qu'il voit est loin de le réjouir…

LA POLITIQUE
C'est sur les politiciens qu'il pose d'abord son regard.
Osée vit à l’époque des deux monarchies et il appartient au Royaume du Nord, appelé aussi Royaume d’Israël ou royaume de Samarie. 
Quand il était jeune, le royaume du Nord était prospère sous le règne de Jéroboam II. Ce roi meurt et 744 av JC et son fils Zacharie lui succède. Il s’en suit une période épouvantable où, dans le palais royal de Samarie il n’y a qu'intrigues, assassinats et coups d’état. En une vingtaine d’années se succèdent six rois, avides de pouvoir, influençables et piètres politiciens. Ils mèneront la nation Israélite à la ruine et à la déportation qui fera disparaître pour toujours les dix tribus du Nord.

LES PRETRES
Ensuite le regard du prophète s'attarde sur les serviteurs de Dieu. On pourrait dire "les soi-disant serviteurs de Dieu", tellement ils sont éloignés de la loi.
Son constat sur le clergé est sans concession. Les prêtres profitent de leur charge pour accaparer des privilèges, habitent des maisons confortables et se nourrissant des bêtes grasses offertes en sacrifice.
Ils sont constamment en proie aux beuveries.
Au lieu d'officier dans les sanctuaires de l'Eternel, ils se joignent volontiers au peuple dans les lieux de débauche dévolus aux dieux étrangers. Ils vont sous les arbres sacrés où se pratique la prostitution. Ils y repèrent les femmes avenantes et s’isolent avec elles en cachette.
Ils manquent totalement à leur mission d'enseignement du peuple, qui se trouve ainsi dans l'ignorance des exigences de l'Eternel…
La prêtraille ! C’est ainsi que les appelle Osée !

LE PEUPLE
Et qu’en était-il du peuple ? C’est justement le peuple d’Israël qui était au centre des préoccupations d’Osée.
Livré à lui-même, sans guide, sans gouvernement stable, ignorant tout de la loi de Dieu, ce peuple se livre à l'idolâtrie et aux abominations étrangères. Il n'y a pas de justice ni de moralité.
Le peuple va vers la ruine et l'anéantissement par les puissances étrangères et ne s'en rend pas compte.

LE BAAL
Qui dit apostasie dit Baal. Si vous me permettez, nous allons nous étendre un peu sur l'apostasie d’Israël, puisque elle se trouve au cœur du message d’Osée. D’abord, que veut dire Baal ? (voir si les gens le disent).
Baal signifie Seigneur. Mais ne confondez pas la seigneurie de Baal avec celle de Dieu. Baal n’est pas un Dieu aimant mais un propriétaire. Il dispose de la terre, de la pluie et des sources qu’il utilise comme bon lui semble.
La Bible dit que cette idolâtrie est une abomination. ABOMINATION. Nous sommes habitués à ce mot dans le langage biblique, mais il n’est pas trop fort pour qualifier les pratiques religieuses auxquelles les prophètes assistaient, impuissants…

LES ABOMINATIONS
Baal est un dieu sensuel, en relation avec tout ce qui touche à l’agriculture, donc à la fertilité de la terre et par extension à la fertilité des hommes et des femmes. On l’adore donc dans les hauts lieux, des collines dédiées à la prostitution, où les hommes croient attirer sur eux la bénédiction du dieu en s’unissant aux femmes qui y officient, contre rémunération, bien sûr ...
Quand les choses allaient mal, que la sécheresse ou les inondations frappaient, les fidèles des baals se lacéraient la peau jusqu'au sang pour impressionner le dieu. Et, d'après le prophète Jérémie, ils n'hésitaient pas à offrir leurs propres enfants en sacrifice !
Oui, frères et sœurs, il n'est pas étonnant que le prophète Osée soit désenchanté et amer, en voyant ces pratiques décadentes auxquelles ni les rois ni les prêtres s'opposaient !

ETERNEL VERSUS BAAL
Pourquoi Israël préférait-il Baal à l’Eternel ? Pourquoi se soumettre à ces horreurs plutôt que pratiquer le culte simple des patriarches ?
Pour le peuple installé dans les plaines fertiles, l’Eternel n’était pas un Dieu intéressant. Il était le Dieu de la montagne caillouteuse du Sinaï. Que savait-il sur les labours, les engrais, les pluies, les récoltes ?
Son culte était austère. Juste quelques sacrifices de bétail, quelques louanges. Quel intérêt ? Avec Baal, il y avait de l’émotion, du spectacle, de la musique, des danses, de belles courtisanes... du vin et l’huile, comme disait Osée !
 
LE MARIAGE
L'infidélité du peuple d'Israël est comparable à celle de l’épouse qui est lasse de son mariage et qui désire fuir avec des amants, à l’aventure. Des hommes riches de préférence, qui lui procureront le frisson de la nouveauté et l’abondance. Elles courent après le vin et l’huile, dit Osée.
Le Seigneur est l’époux de son peuple infidèle qui préfère les baals… Mais il veut remédier à cet état de choses, il veut que son peuple revienne. Dieu est brûlant d’amour et de jalousie pour son peuple, mais comment lui faire comprendre qu’il doit revenir ? Avec des sermons ? Des cérémonies grandioses ? 
Osée relève le défi. Il va payer de sa personne. Il va aller vers une femme de prostitution et l’épouser. Elle s’appelle Gomer.
Cela pourrait être une belle histoire, romantique à souhait. Voilà le gentil prophète qui arrache la pauvre créature à sa mauvaise vie, qui la conduit chez lui, qui lui offre un foyer respectable, de beaux enfants. Quel bonheur ! Cette femme, éperdue de reconnaissance, lui restera fidèle à jamais. Fin de l’histoire.
C’est cela, l’histoire d’Osée ? Non, pas du tout. Certes, ils forment un couple et ont des enfants.
Mais quel couple mal assorti ! Lui, le prophète de l'Eternel, austère et incorruptible. Elle, la prostituée de Baal !

LES ENFANTS
Des enfants vont naître, et Osée ne sera jamais sûr de sa paternité…
Le choix du prénom d'un enfant est, de coutume, un moment privilégié dans la vie d'un couple.
Il n'en est pas ainsi dans le foyer d'Osée. Les noms qu'il donne à ses enfants sont, eux aussi, des prédications. Ces noms symboliques sont en rapport avec l’époque troublée qui les voit naître :
Le premier enfant s'appelle Jizréel.
Jizréel est le nom d'une magnifique vallée au nord de Samarie. Ce nom signifie l'Eternel ensemence. Par ce nom, le Seigneur revendique la souveraineté sur la nature que Baal lui dispute. Mais Jizréel, vallée fertile, est aussi le lieu des convoitises et des combats. Elle fut le théâtre des tueries de rois et Israël porte ce nom comme une blessure.
Le deuxième enfant est une fille.
Son nom sera Lo-Rouchama, qui veut dire pas de pitié ou pas d'amour. Par ce nom, le prophète met en garde contre les événements  catastrophiques qui se préparent.
Le troisième enfant, un garçon, répondra au nom de Lo-Ammi, qui signifie pas mon peuple. Oui, Israël s'est tellement éloigné de l'Eternel, qu'il n'est plus le peuple de Dieu, mais la prédication du prophète est là pour annoncer que l'espoir n'est pas perdu.

L'INFIDELITE
Un mari, un foyer, trois beaux enfants. Gomer va-t-elle oublier son passé et devenir une femme respectable ?
Non, Gomer ne devient pas une bonne épouse. Elle se lasse de la vie au foyer et retourne à sa prostitution. Elle a ça dans le sang, la coquine, elle aime la vie facile et l’argent comptant.
Fin de l’histoire ? La leçon de choses que le prophète voulait montrer au peuple n’a pas marché. Elle est retournée à sa mauvaise vie. Pour lui, le mieux à faire maintenant est en prendre de la graine et épouser une femme "comme-il-faut ", qui soit la digne compagne d’un homme de Dieu.

LE RACHAT
Mais Dieu ne veut pas que le prophète Osée rentre dans le rang et épouse une femme "comme-il-faut". Il lui dit : va rechercher ta femme.  Oui, Gomer la prostituée, l’adultère, la volage, celle en qui tu n’auras jamais confiance, Osée, c’est cette femme là que tu dois aimer.
Osée obéit, il retourne dans cet affreux lieu de prostitution pour rechercher Gomer.
Mais les tenanciers ne veulent pas laisser partir leur proie et Osée doit se délester de 15 sicles d’argent et d'une mesure et demie d'orge pour pouvoir reconduire Gomer à la maison.
Entre parenthèses, ce n'est pas bien cher… 150 € ! La pauvre Gomer doit être défraîchie, mais cela ajoute encore du poids au geste d'Osée !
Quel va être la vie de ce couple à l’avenir ? Certainement pas celle d’un couple conventionnel. Gomer restera toujours une prostituée sous ses habits d’épouse convenable et Osée sera toujours un prophète de l’Eternel, passionné par la cause de Dieu, amer et jaloux. Quel couple disparate ! Cela n’a vraiment rien d’une histoire romantique.
 
DIEU AIME SON PEUPLE...
L'expérience d'Osée, vous l'aurez compris, est l'illustration de l'expérience de Dieu avec son peuple, avec qui il a conclu une alliance.
Dieu ne s'est pas choisi un peuple riche et puissant comme il en avait dans l'antiquité. Il est allé chercher les esclaves hébreux en Egypte, incultes, déguenillés, abrutis par la servitude et attachés au culte des idoles.
Dieu a sorti ce peuple de l’esclavage et l’a aimé et protégé tendrement pendant l’époque du nomadisme. Il l'a ensuite conduit à la Terre Promise où coulaient le lait et le miel.
Mais, comme une femme adultère, ce peuple a choisi les idoles. Dieu  assiste alors, jaloux et impuissant, à la dérive païenne de son peuple bien aimé. Il envoie les prophètes pour dire " revenez à moi, mon peuple". Mais cela reste sans effet. Il faudra que de terribles épreuves surviennent : la déportation, l'exil, la perte du temple, des prêtres, des traditions, pour que le peuple oublie enfin les baals et les astartés.

...SANS CONDITION
L'histoire d'Osée est dérangeante et elle nous touche. Qu'en garderons-nous ? Quel est son message ? Que les mauvais mariages sont sans avenir ?
Non, le message d’Osée est un message essentiel : le vrai amour est inconditionnel. Car Dieu aime son peuple quoi qu’il arrive, dans les fiançailles heureuses comme dans l’infidélité la plus complète. Il veut son épouse pour lui seul, même si elle est indigne et volage, et il va la rechercher dans son lieu de débauche, même si pour cela il doit sacrifier son honneur.
Cela ne vous rappelle rien ? Oui, c’est l’histoire des évangiles. C’est l’histoire de Dieu qui nous aime alors que nous sommes encore vautrés dans notre péché. C’est l’histoire de Jésus qui donne sa vie pour nous, pêcheurs, sans aucune assurance de notre changement de vie, de notre fidélité.
Dieu ne regarde pas son peuple tel qu'il est : des pêcheurs habillés des oripeaux de leur propre justice. Il le regarde comme sa bien-aimé fiancée du désert, habillée simplement, sans fards ni artifices.
Dieu nous aime tels que nous sommes, même dans le tréfonds de la débauche et du péché, et il désire ardemment nous en arracher pour que nous lui appartenions complètement, et sans condition. Amen.