Prédications

Toutes ces prédications ont été données lors des cultes de la paroisse réformée de Chabeuil - Châteaudouble.

ESPRIT D'OUVERTURE(S)

Jean 10, 1 à 10 - Matthieu 7, 13 à 14

Châteaudouble, le 12 mai 2019

Chers frères et sœurs,

« Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée ! » Vous connaissez sûrement cet adage plein de bon sens, presque une lapalissade ! Oui, une porte, c'est avant tout un panneau de bois, de verre ou de métal qui s'ouvre et qui se ferme. Elle autorise ou interdit le passage, l'entrée comme la sortie d'un lieu clos. Parfois munie d'une serrure, elle assure la protection de ses occupants, protection contre la rigueur du climat, les hôtes indésirables…. Sauf si, sortis par la porte, ceux-ci reviennent par la fenêtre comme les brigands évoqués dans ce texte.

Voici donc l'image que nous nous faisons au 21e siècle d'une porte, et donc celle qui nous vient sûrement à l'esprit lorsque Jésus nous dit dans ce passage de l’évangile de Jean  : Je suis la Porte…

La porte de quoi ?  Celle qui s'ouvre sur le bonheur ? La liberté ? Le salut ? Le Royaume ? La porte du Ciel ? Sûrement tout cela à la fois, mais quel est le rôle de Jésus en tant que porte ? Peut-on s'imaginer un Jésus qui s'ouvre et qui se ferme ? Qui choisit qui peut entrer ou sortir ? Qui décide qui peut le rejoindre et le suivre, et qui doit rester sur le seuil du Royaume ? Une barrière dans notre vie dont nous devrions chercher, mériter, quémander la clef ? Devons nous frapper avec l'espoir qu'Il voudra bien nous ouvrir ? Jésus peut-Il nous fermer la porte au nez ?

Lire la suite...

FAITES DES DISCIPLES !

Matthieu 28, 16 à 20

Chabeuil, le 5 mai 2019 - Culte et Baptême

Chers frères et soeurs,

Si la tradition protestante n’a conservé que deux sacrements, le baptême et la Sainte-Cène, c’est que ce sont les deux seuls gestes que Jésus nous a demandé de perpétuer en son nom : partager le pain et le vin comme il l’a fait au soir du Jeudi-Saint (et comme nous le ferons tout à l’heure), et baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. C’est ce que nous venons de lire, et de faire pour L.

Ces quelques versets qui terminent l’évangile de Matthieu sont les paroles d’institution du baptême qui font autorité pour toutes les Églises chrétiennes. Et lorsque nous avons, avec ses parents A. et JB., lu quelques passages de la Bible qui évoquaient le baptême, c’est celui-ci qui leur parlait le plus. Il y avait dans leur désir de baptiser L. cette envie de répondre à cette instruction du Christ et de montrer par un signe concret leur conviction d’appartenir à cette grande famille des disciples de Jésus.

Lire la prédication

PÂQUES 2019 : TOUS A BORD DE NOTRE BARQUE-EGLISE

Luc 24, 1 à 12 - Jean 6, 15 à 21

Chabeuil, le 21 avril 2019 - Dimanche de Pâques

Chers frères et sœurs,

Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! C’est l’annonce qui retentit partout en ce jour de Pâques, à commencer par ce matin déjà au pas de Boussières où un petit nombre d’entre-nous s’était retrouvé.
Christ est ressuscité ! Il a été relevé d’entre les morts, ramené à la vie. En proclamant cette résurrection, nous confessons ce qui fait le cœur de notre foi chrétienne. « Si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine », écrivait l’apôtre Paul aux Corinthiens. (1 Co 15,14)

Et pourtant, en proclamant qu’il est vraiment ressuscité, nous avons tout dit… et rien dit. Rien dit, et surtout rien vu.

Car qu’y a-t-il à voir en ce matin de Pâques ? Pas grand-chose ! Une pierre roulée, un tombeau vide et grand ouvert, quelques linges plus ou moins bien pliés dans un coin, et dans le cœur des disciples et de ces femmes qui se rendent au sépulcre non pas de la joie, de l’espérance, mais de la peur, de la tristesse, du désarroi, de l’impuissance. Un sentiment d’absence, d’absurdité...

Lire la prédication

ILS NE SAVENT PAS CE QU'ILS FONT

Luc 19, 28 à 40

Châteaudouble, le 14 avril  2019 - Dimanche des Rameaux

Chers tous,

Jésus, après toute une vie passée au nord de la Palestine, en Galilée notamment, s’est mis en route pour Jérusalem. C’est le temps de la fête de la Pâque, où tous les juifs se rassemblent au Temple pour la fête des pains sans levain, pour commémorer la libération d’Égypte, la libération de l’esclavage. Et déjà quelque chose surprend : cette procession avec ces feuilles de palme que l’on brandit, ce psaume 118 « Hosanna, bénit soit celui qui vient au nom du Seigneur », font plutôt penser aux traditions de la fête de Sukoth, la fête des tentes ou fête des récoltes qui a lieu en octobre/novembre. Au printemps, ces feuilles de palmes sont encore en bourgeon. Ici, les fêtes, les saisons se télescopent comme pour nous dire que Jésus est comme maître du temps, que pour le contenu de son enseignement comme pour ce qui va advenir à Jérusalem, l’heure, la date, les circonstances importent peu. Ce qui va se vivre est un moment à part, un moment hors du temps, dont les conséquences sont promises à une éternité.

Lire la prédication

UN PÈRE AVAIT DEUX FILS

Luc 15, 11 à 32

Chabeuil, le 7 avril  2019

Chers frères et sœurs,

Un père avait DEUX fils. Ainsi commence cette parabole que beaucoup d’entre-vous connaissent sûrement. Nos Bibles la nomme : « La parabole du Fils prodigue ». Mais n’est-elle pas aussi la parabole du « père prodigue», et de ses fils ?

Je vous propose ce matin de découvrir une des interprétations possibles de ce récit en m’inspirant très largement du commentaire que propose le pasteur, théologien et professeur montpelliérain Jean Ansaldi dans son ouvrage « Dire la foi aujourd’hui », qui vient d’être ré-édité.

Lire la prédication

LA TRANSFIGURATION

Luc 9, 28 à 36

Chabeuil, le 17 mars 2019

Chers frères et sœurs,

La transfiguration . Encore un épisode tout aussi énigmatique qu’étrange… Pourtant, les trois évangiles de Matthieu, Marc et Luc nous le rapportent de manière quasiment identique. Et tous le placent à peu près au même moment, après que Jésus ait annoncé une première fois sa passion à ses disciples. Une annonce à laquelle visiblement ils ne comprennent rien !

Lire la prédication

ESTHER : SOIS BELLE ET TAIS-TOI ?

Esther 2, 1 à 18

Châteaudouble, dimanche 10 mars 2018
Culte dédicace à la journée des droits de la femme

 

Chers frères et sœurs,

Comment ne pas faire le lien entre ce culte qui accompagne la journée des droits de la femme, et nos partages bibliques sur le livre d’Esther qui ont démarré la semaine dernière ?

Ce chapitre 2 du livre d’Esther que nous avons découvert ensemble s’intitule dans nos Bibles « l’accession d’Esther à la royauté ». Pourtant, si nous jouions à rebaptiser ce passage, j’opterai personnellement plutôt pour quelque chose comme « soit belle et tais-toi !».

Lire la prédication

AIMER SES ENNEMIS

Luc 6, 27 à 38

Chabeuil, le 3 mars 2018

Chers amis,

Dans notre traversée de l’évangile de Luc, il était impossible de faire l’impasse sur ce « sermon dans la Plaine », qui fait écho au Sermon sur la Montagne de l’évangile de Matthieu. Oui, c’est impossible tant le message que Jésus délivre est central, et réoriente complètement son ministère. Cette prédication, comme une tornade, balaye les prescriptions d’un judaïsme confortablement établi, et dévoile le chemin qui s’amorce vers Jérusalem et vers la Croix.

Ce que ce sermon de Jésus contient, c’est une véritable bombe qui fait éclater les repères de son époque, et ceux de notre époque aussi. Il fait éclater les repères religieux, éthiques, sociétaux, humanistes. Ce jour-là Jésus constitue aussi le groupe de ses disciples. Et à « ceux qui l’écoutent », il semble dire « écoutez-moi bien, car si vous voulez me suivre et être mes disciples, ça ne va pas être une promenade facile. Il va falloir vous remettre en question, changer radicalement, et vous faire violence ».  En un mot, vous convertir.

Lire la prédication

COMME DES PIERRES VIVANTES

1 Pierre 2, 4 à 10

Chabeuil, le 17 février 2018 - Culte de l'Assemblée Générale

Chers frères et sœurs,

Il en va des Assemblées Générales de paroisse un peu comme des assemblées de copropriétaires.
Annuellement, il nous faut faire le point sur l’état d’un édifice commun : inventorier les familles qu’il abrite, faire le point de ce qui s’y passe, de ce qui s’y vit. Et comme pour toute construction ancienne (Et Dieu sait combien l’Église est une vieille dame), le temps  imprime sa marque dans les murs : peintures défraîchies, fissures, quelques tuiles à changer, des installations qui tombent en panne et qu’il faut moderniser. Bref, il faut ensemble réparer, consolider, réfléchir à l’avenir, et décider des projets à déployer pour que la construction reste debout et puisse accueillir les générations suivantes.

Lire la prédication

VOUS AVEZ DIT MIRACLE ?

 Luc 5, 1 à 11 

Châteaudouble, le 10 février 2018

Chers amis,

Çà-y-est ! Cette fois on-y-est, en plein dedans ! En avançant dans notre lecture de l’Évangile de Luc, nous venons d’entrer dans cette zone nébuleuse et mystérieuse appelée « zone des récits de miracles ». Une zone où notre esprit rationnel convoque notre foi comme pour lui demander « Crois-tu vraiment cela ? ». Un terrain accidenté où nous sommes en droit de nous demander si la mission de Jésus sur notre terre est uniquement d’accomplir des actes surnaturels pour que la foi s’impose à nous, et pour que nous nous inclinions devant la toute puissance de Dieu.

Des miracles, il y en aura d’autres tout au long de cet évangile, jusqu'à la croix et la résurrection.

Alors comment pouvons-nous nourrir notre foi avec ces soi-disant miracles ? Et au final vivrions-nous mieux, croirions-nous plus si nous en étions miraculeusement, à notre tour, les bénéficiaires ? Ou au contraire perdrions-nous la foi si la science parvenait à nous démontrer qu’elle peut, finalement, les expliquer rationnellement ?

Lire la prédication