Le temps d'une pause - Vendredi 12 novembre 2021

Autour de Marc 10, versets 46 à 52 : "Jésus et ses disciples arrivent à Jéricho, puis ils sortent de la ville avec une grande foule. Un aveugle appelé Bartimée, fils de Timée, est assis au bord du chemin, c’est un mendiant."

Cliquez ici Le temps d'une pause pour écouter !

Marc 10, versets 46 à 52

46 Jésus et ses disciples arrivent à Jéricho, puis ils sortent de la ville avec une grande foule. Un aveugle appelé Bartimée, fils de Timée, est assis au bord du chemin, c’est un mendiant.
47 Quand il apprend que Jésus de Nazareth arrive, il se met à crier : «Jésus, Fils de David, aie pitié de moi!»
48 Beaucoup de gens lui font des reproches et lui disent : «Tais-toi !» Mais l’aveugle crie encore plus fort : «Fils de David, aie pitié de moi!»
49 Jésus s’arrête et dit : «Appelez-le.» Les gens appellent l’aveugle en lui disant : «Courage! Lève-toi, il t’appelle !»
50 L’aveugle jette son manteau, il se lève d’un bond et il va vers Jésus.
51 Jésus lui demande : «Qu’est-ce que tu veux ? Qu’est-ce que je peux faire pour toi ?» L’aveugle lui dit : «Maître, fais que je voie comme avant !»
52 Jésus lui dit : «Va ! Ta foi t’a sauvé !» Aussitôt l’aveugle voit comme avant et il se met à suivre Jésus sur le chemin.

 

Et nous, nous sommes-nous posés la question ? Que voulons-nous au plus profond de nous, quelle est notre attente la plus secrète ?
Si nous avons l'impression d'être un Bartimée, alors écoutons ce que nous demande Jésus : « que puis-je faire pour toi ? »
A nous aussi, Il veut donner la vue, la vraie vue, celle qui nous permet de reconnaître que nous valons la peine, que nous avons déjà une place.
Alors nous pouvons nous mettre au service des autres pour les aider à retrouver leur propre dignité, sans détours, sans supercheries et surtout sans rien attendre en retour.
Etre serviteur de l'homme comme le dit Jésus, c'est devenir un mendiant de l'amour sans chercher à prouver quoi que ce soit, parce qu'on a reçu l’amour de Dieu en premier, et que cela, rien ni personne ne peut nous l’enlever.

Nicolas Blanc - Eglise Protestante Unie