Le temps d'une pause - Vendredi 12 février 2021

Autour de 1 Corinthiens 13, versets 1 à 7 : Je peux parler les langues des hommes et les langues des anges. Mais si je n’aime pas les autres, je suis seulement une cloche qui sonne, une cymbale bruyante...

Cliquez ici Le temps d'une pause pour écouter !

1 Je peux parler les langues des hommes et les langues des anges. Mais si je n’aime pas les autres, je suis seulement une cloche qui sonne, une cymbale bruyante.
2 Je peux avoir le don de parler au nom de Dieu, je peux comprendre tous les mystères et posséder toute la connaissance. Je peux avoir une foi assez grande pour déplacer les montagnes. Mais si je n’aime pas les autres, je ne suis rien!
3 Je peux distribuer toutes mes richesses à ceux qui ont faim, je peux livrer mon corps au feu. Mais si je n’aime pas les autres, je n’y gagne rien!
4 L’amour est patient, l’amour rend service. Il n’est pas jaloux, il ne se vante pas, il ne se gonfle pas d’orgueil.
5 L’amour ne fait rien de honteux. Il ne cherche pas son intérêt, il ne se met pas en colère, il ne se souvient pas du mal.
6 Il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité.
7 L’amour excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.

Les Corinthiens se croyaient spirituellement supérieurs, mais Paul leur fait comprendre qu’un tel orgueil est une impasse. Les capacités spirituelles qu’ils pensaient posséder sont en fait des dons  à mettre au service de tous. Or seul l’amour permet d’entrer dans cette démarche : c’est réellement la voie supérieure à toute autre.
Encore faut-il s’entendre sur ce qu’est l’amour.
Paul en donne alors une définition inattendue. Laissant de côté les sentiments et leurs variations, il insiste sur des actes et des attitudes. Aimer, c’est d’abord faire le choix de l’autre (patience, bonté) plutôt que de soi-même (jalousie, vantardise, orgueil).
C’est aussi refuser ce qui lui serait néfaste (honteux, mal, injuste), puis tenir bon (pardonner, croire, espérer, endurer) en toutes circonstances..
Au fond, aimer, c’est laisser Christ agir à travers nous.

Etienne Berthomier - Eglise protestante unie