Le temps d'une pause - Vendredi 13 novembre 2020

Autour de Marc 12, versets 13 à 17 : Les chefs religieux envoient auprès de Jésus des Pharisiens et des gens du parti d’Hérode Antipas. Ils veulent lui tendre un piège en le faisant parler...

Cliquez ici Le temps d'une pause pour écouter !

13 Les chefs religieux envoient auprès de Jésus des Pharisiens et des gens du parti d’Hérode Antipas. Ils veulent lui tendre un piège en le faisant parler.
14 Ils viennent dire à Jésus : « Maître, nous le savons, tu dis la vérité et tu n’as peur de personne. Tu ne regardes pas l’importance des gens, mais tu enseignes en toute vérité ce que Dieu nous demande de faire. Dis-nous : est-il permis ou non de payer l’impôt à l’empereur romain ? Est-ce que nous devons payer, oui ou non ? »
15 Mais Jésus comprend que ce sont des hommes faux et il leur dit : « Pourquoi est-ce que vous me tendez un piège ? Faites-moi voir une pièce d’argent. »
16 Ils lui apportent une pièce d’argent et Jésus leur dit : « Sur cette pièce, il y a l’image et le nom de quelqu’un. De qui donc ? » Ils lui répondent : « De l’empereur. »
17 Alors Jésus leur dit : « Rendez à l’empereur ce qui est à l’empereur et rendez à Dieu ce qui est à Dieu. » Et ils sont très étonnés par la réponse de Jésus.

Plus que jamais, les débats et les interprétations autour de la laïcité sont présents.
Entre un religieux qui veut s’imposer au monde et un monde qui veut vivre sans religieux, le dialogue semble de sourds.
Pourtant la parole de Jésus est claire : chacun à/a sa place.
Ce que l’Etat apporte à l’humain n’est pas ce que la foi apporte à l’être.
Mais le piège est encore tendu aujourd’hui. Est-il nécessaire de faire un choix entre un religieux triomphant et un Etat sans religieux ?
Et si nous voulions vivre ensemble, chacun respectant l’autre dans ce qu’il est ou n’est pas, sans imposer ce qui passe pour les uns ou les autres comme la seule Vérité.
Jésus nous appelle à remettre les choses à leur place, comme le dit l’Ecclésiaste : « Dieu est au ciel et toi sur la terre ». N’imposons pas le ciel à la terre ni la terre au ciel !

Christophe Cousinié, pasteur de l'EPU