A tous ceux que j'aime

Voilà des années que je vous écris pour Noël comme si les mots étaient mes plus fidèles alliés dans l'offrande de mes meilleurs voeux.

Mais cette fois-ci, il se dérobent, ils m'échappent, ils se moquent même de moi qui les prenais au sérieux. Je les entends rire et se sauver dans tous les sens.

J'ai bien essayé de leur courir après, de les attraper, de les rappeler à l'ordre et à leur devoir mais c'est peine perdue.
Mutins, espiègles, ils sont en pleine rébellion, et si j'insiste, j'y perdrai moi-même mon latin.

Alors, qu'ils prennent leurs vacances ! ...

C'est bien beau, mais qu'est-ce que je fais ? J'me suis sauvée du ridicule - et encore ! ? - mais pas de l'embarras. Que vais-je faire sans eux ?

- vous regarder dans les yeux ?

- vous rejoindre en méditation ?

- vous sourire ?

Les trois en même temps, c'est déjà pas mal. Si je vous envoie en plus la contemplation de notre planète bleue, la considération de l'espace sidéral dans lequel elle évolue, l'insignifiance de nos égos mais la puissance de notre conscience, et plus de communion au sein de notre humanité, ma carte de voeux se remplit, même sans les mots ces chenapans...

Ils le savent bien pourtant que le silence est d'or...

Mais tiens, il en reste un. Il joue tout seul dans la cour. Il est tellement absorbé et tranquille qu'il n'a pas vu les autres partir. Je m'approche. Il est vraiment joli.

Oh ! Les beaux yeux qu'il a, graves et pleins de lumière... Il s'appelle AIMER. Il ne me reste que lui mais il veut bien que je vous l'envoie.

Avec lui, vous passerez de belles fêtes et une belle année 2016.

Avec lui, vous ne serez jamais seuls, ni perdus. Qu'on se le dise.

Je vous embrasse de tout mon coeur,

Marie Jeanne